Livre bilingue : Northanger Abbey / Catherine Morland - Jane Austen
16425
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16425,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Northanger Abbey / Catherine Morland – Jane Austen

À propos de cette oeuvre

L’AUTEUR ET SON ŒUVRE

 
Jane Austen est une énigme dans la littérature britannique. L’autrice de six romans, tous des classiques de la littérature, n’a pas connu le destin de ses héroïnes : elle ne s’est jamais mariée, et elle n’a pas connu la gloire de son vivant. Pourtant, ses œuvres ont eu un énorme retentissement, au-delà des frontières britanniques. Souvent portés à l’écran, revisités, décortiqués, ses romans ont marqué des générations de lecteurs.
Jane Austen est née en 1775, l’avant-dernière de huit enfants. Son père est un pasteur, plus riche d’enfants que d’or, et l’enfance de Jane est heureuse (l’enfance de Catherine Morland est probablement très inspirée de celle de Jane).
Jane commence à écrire dès l’enfance, mais elle ne publie son premier roman qu’assez tard, en 1811. Il s’agit de Raison et sentiment, qui sera suivi d’Orgueil et préjugés, puis Mansfield Park, Emma, Persuasion, et enfin L’abbaye de Northanger, le premier roman qu’elle ait vendu mais qui ne sera publié qu’après sa mort.
Après la mort de son père, Jane Austen s’installe avec sa mère et sa sœur. Elle accepte une demande en mariage, mais se rétracte le lendemain, car « tout est préférable à un mariage sans Affection ». Elle continue de vivre avec sa mère et sa sœur, soutenue financièrement par ses frères, et les modestes revenus générés par ses romans, qui sont publiés anonymement. Très malade, Jane s’éteint en 1817, peut-être de la maladie d’Addison. Elle est inhumée dans la cathédrale de Winchester. Sur sa pierre tombale on grave un poème composé par son frère, qui ne fait aucune allusion à l’activité littéraire de sa sœur.
Les romans de Jane connurent un succès modéré à leur publication, même s’ils ne correspondaient pas au style romantique en vogue à l’époque. À la fin du dix-neuvième siècle, son neveu publia une biographie de sa tante, qui introduisit Jane Austen auprès du grand public. Son œuvre connut alors un véritable engouement. Les lecteurs furent séduits par les intrigues de Jane Austen et la découverte de la vie de « l’aristocratie terrienne » anglaise au début du siècle. Il faudra attendre le début du vingtième siècle pour voir les premières thèses sur la dimension ironique, féministe, et critique de son œuvre. Aujourd’hui, Jane Austen fait partie intégrante de la culture populaire. La plupart de ses romans ont été adapté plusieurs fois au cinéma ou au petit écran, et ils ont inspiré beaucoup d’adaptations littéraires.

 

RÉSUMÉ

 
Notre jeune héroïne, Catherine Morland, a grandi dans une famille anglaise sans histoire. À dix-sept ans, elle fait ses débuts dans la société. Naïve et ingénue, peu expérimentée, nourrie de romans gothiques qui font fureur à cette époque, Catherine enchaîne les maladresses et les faux pas. Heureusement, elle peut compter sur la gentillesse de ses amis Eléonore et Henry Tilney, qui l’invitent à passer quelques temps dans leur demeure ancestrale, une ancienne abbaye — ce qui ravit Catherine et son amour des intrigues romanesques. Northanger Abbey a-t-elle été le théâtre d’une sombre histoire ? Catherine avouera-t-elle à Henry ses sentiments ?

 

À SAVOIR

 
Jane Austen possédait un véritable recul sur la société et la littérature de son temps. Sa plume acérée nous transporte à l’aube de l’ère victorienne, dont elle pointe les défauts — la condition féminine, une sentimentalité exacerbée et un peu niaise, le manque de réalisme. En maniant l’ironie et la parodie, en créant des dialogues incisifs où pas un mot ne tombe au hasard, Jane Austen décrit son époque d’un regard critique. Le lecteur d’aujourd’hui appréciera son humour, mais aussi la tournure de ses phrases et leur vocabulaire varié, qui annoncent l’époque victorienne. Cette œuvre correspond au niveau B2.
 
Publication originale : 1818
Publication française : 1898, en feuilleton dans La Revue Blanche
Traduction : Félix Fénéon.
351 pages
 
Disponible sur l’application Yesbook (Google Play et App Store) avec son système d’aide interactif en français.
Prix : 5.49€

Catégorie
Anglais, Roman